Création DIVA _ LES SCHINI'S

DIVA
Création Octobre 2022, Duo Chorégraphique.

Cherchant à être la meilleure version d'elle-même, une jeune femme s'entraîne à exister sous le regard des autres et de la lumière. Devant un grand miroir, elle façonne son reflet en fonction de ses attentes. Lassé de ce que la jeune femme lui impose, son reflet prend alors vie et décide de lui ouvrir les yeux sur qui il est vraiment, bousculant la frontière qui les sépare. La jeune femme atterrit dans un univers décalé où tout semble plus exagéré et absurde. Le reflet l’invite à se détacher de sa réalité et à prendre conscience que derrière la caricature d'elle-même dont elle se croit prisonnière, se cache une forme d’authenticité. 
Nous voudrions nous jouer de cette image de soi, désorienter notre perception et l’alléger par l’exubérance et la dérision. Comment accueillir ce reflet qui ne fait croire qu’à l’importance de lesthétisme ?
En regardant plus longtemps, verrions-nous plus profondément ? 

Teaser " DIVA"

DIVA_MCMONIN09437.jpg

Approche

A travers notre expérience de danseurs-interprètes, mais aussi de pédagogues auprès de jeunes danseurs, nous avons pu observer la construction d’une image du danseur très esthétisée et lisse : une esthétique liée à la représentation de soi à travers le regard de l’autre. Nous nous sommes donc demandé de quelle manière l’enfermement dans ces codes de représentation nous détachait de notre essence et nous menait jusqu’à une caricature de nous même.

De ce constat est né le personnage de DIVA, sa capacité à l'exagération, sa façon de pousser ce qui la caractérise à son paroxysme, dépassant ainsi le regard qu’elle ou les autres portent sur elle même. Nous voulons explorer les étapes de sa transformation : comment la caricature nous la donne à voir en pleine maîtrise de son image bien lisse qui en devient grotesque jusqu’à atteindre une acceptation de soi.

Mélodie Cecchini interprète une jeune femme, représentant l’image lisse et parfaite du code de la representation, qui va se confronter à son propre reflet et au regard qu’elle lui porte. Son reflet est représenté par Gaëtan Boschini. Il est son double grotesque et caricatural qui va devenir une entité à part entière. C’est la rencontre et la confrontation entre ces deux entités que l’on met en scène et en danse dans DIVA.

Scénographiquement, le jeu du reflet est matérialisé par un miroir de 2m sur 3m. Ce miroir renvoie dans un premier temps, le reflet de Mélodie puis grâce à un effet de lumière,  devient transparent et laisse apparaître l’image de Gaëtan comme le double de Melodie. Cet élément scénographique central permet de symboliser la rencontre entre les deux personnages et leur univers respectif, mais aussi d’inclure le spectateur dans cette aventure, son reflet devenant complice de l’illusion.

Le travail autour du corps et du visage utilise différents procédés pour exprimer l’enfermement dans les codes de la représentation et la façon dont on les subit, ou dont on les dépasse. Le personnage de Mélodie emprunte des poses de manière cliché ou plus subtile. Le visage se déforme de grimaces en émotions exagérées dans un effet à la fois drôle et intrigant. A l’inverse chez Gaëtan, l’utilisation du masque permet de cacher ces expressions que l’on n’assume pas. C’est donc le corps qui par sa tonicité et le rapport à la respiration va prendre le relais de l’expressivité. Jusqu’à ce que le masque tombe. Le rapport entre la diva et son reflet devient ludique : le corps plus dynamique s’anime empruntant aux jeux de main des enfants. Enfin, le playback incarne l’accomplissement de la diva, la transcendance du grotesque vers le sublime.Le mouvement chorégraphique est porté par la création musicale et la création lumière. Ces deux éléments permettent de créer des tableaux installant la progression narrative du spectacle.

A travers ce spectacle nous questionnons le public sur le regard qu’il porte sur les danseurs mais surtout sur lui-même. La façon dont les personnages cherchent à déjouer les codes de la représentation le confronte. En assistant aux différentes transformations des personnages au cours du spectacle, nous souhaitons susciter une envie de dépassement, d’affranchissement qui lui permette de laisser exprimer sa Diva, l’envie d’assumer de passer à chanter en playback devant un miroir à monter sur scène

« Le miroir est le seul à ne pas se regarder. »

GAETAN FAUCER

dramaturge, poète et nouvelliste.

DIVA_MCMONIN09452 copie.jpg

Outils de création

Nous souhaitons utiliser le masque Larvaire comme lien entre les deux personnages pour accentuer l'idée de "défaut", de "complexe", de ce "quelque chose qui se voit comme le nez au milieu de la figure".
 

Le miroir est l'outil narrateur de la pièce pour le reflet et le jeu entre nos deux personnages et sera également utilisé comme scénographie pour que la lumière se reflète et rebondisse.

Distribution

 

Chorégraphie & Interprétation | Mélodie Cecchini & Gaëtan Boschini 

Composition musicale | Thibault Lavigne

Création lumière | Matthieu Luro 

Scénographie & Costumes | Marie-Caroline Sousa  

Régie Générale | Marie Savignat 

Production & Diffusion | Elsa Malye Nora

Calendrier de diffusion 

6 au 9 octobre 2022 au Le Lieu sans Nom, Bordeaux, France : 4 représentations

15 octobre 2022 au Festival Tanzherbst, Kempten, Allemagne :  1 représentation

6 novembre 2022 au Tanzlabor, Ulm, Allemagne : 1 représentation

Mentions légales 

 

Coproductions | Allgäuer Regionalverband fur Zeitgenössischen Tanz à Kempten/Allemagne

Soutiens | Iddac Gironde (aide à la résidence), Ville de Bordeaux ( Soutien à l'émergence )

Partenaires | Le Lieu sans Nom, Le CND de Madrid, Le Performance-Cie Rêvolution, le Cerisier, Kari Tanzhaus

tanzherbst-kemptenLES SCHINI'S compagnie
LOGO Bordeaux.jpeg
LOGO COPROD.png
LOGO-LE-LIEU-SANS-NOM-NOIR-ENTETE.jpg
LES SCHINI'S compagnie de danse à Bordea
Le Performance Bordeaux _LES SCHINI'S co
logo le cerisier.png
kari-tanzhauz.png :LES SCHINI'S compagnie de danse à Bordeaux.Nos partenaires dans la création Chorégraphique